Gontier – Souviens-toi que l’amour n’existe pas

Gontier - Souviens-toi que l'amour n'existe pas

GONTIER, Diane. Souviens-toi que l’amour n’existe pas. Paris : Milady, 2017.

Lorsque la voiture m’avait déposée, échevelée et haletante, devant la porte de mon immeuble, avec en poche une liasse de billets froissés, je savais que je n’en resterais pas là. A partir de ce jour, les relations classiques ont cessé de m’intéresser.

Françoise est étudiante en droit. Un samedi soir, alors qu’elle retourne à pied vers son appartement après une affligeante soirée sur le thème de Venise, une BMW noire s’arrête à sa hauteur. La vitre arrière descend et le visage d’un homme apparaît. Ce dernier avait remarqué le pas énergique de la jeune femme et lui propose, en agitant une liasse de billets, de passer un moment en sa compagnie afin de se détendre. Si l’indignation envahit Françoise, ce sentiment est rapidement remplacé par l’envie de vivre une expérience inédite après une soirée si lamentablement entamée. Elle accepte donc la proposition. L’inconnu lui demande de garder le loup noir qu’elle portait encore et, lorsque la BMW s’arrête deux heures plus tard devant son immeuble, il l’appelle « Mila », en référence à Milla Jovovich.

Cette soirée chamboule la vie rangée de Françoise. Si le jour elle demeure une brillante étudiante, elle devient « Mila » dès la nuit tombée et passe du temps avec des hommes en échange d’argent. Tout se passe comme elle le désire jusqu’à ce qu’elle consente à un rendez-vous avec un de ses professeurs qui l’a contactée sous un pseudonyme. La frontière entre les deux identités de la jeune femme devient très mince. Françoise arrivera-t-elle à reprendre le contrôle de sa vie avant qu’elle ne lui échappe ?

Copie de Séparateur article

MON AVIS Cinq étoiles

Encore un roman d’amour me direz-vous… et effectivement, Souviens-toi que l’amour n’existe pas répond à toutes les grandes attentes d’un public sensible à la romance. Pourtant, avec une intrigue originale, Diane Gontier arrive éviter le sentiment de « déjà-lu » en maintenant son lecteur en haleine. Françoise est en effet éloignée des héroïnes qui subissent les ravages de l’amour sans réagir : elle décide de prendre les devants et devient maîtresse de ses choix relationnels, choix que certains pourraient contester mais qui lui offrent l’équilibre dont elle avait besoin.

Une fois le livre en mains, il est presque impossible de le reposer. Un désir d’en savoir plus se fait sentir dès les premières pages et augmente au fil des chapitres jusqu’à cet élan atteigne son paroxysme avec le rendez-vous entre Françoise et son professeur. Dès lors, le lecteur ne peut que surfer sur la tension considérable qui est maintenue avec brio par Diane Gontier quant au dénouement de l’affaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s